• Astrid.

    Ma mère m'a toujours dit que pour éviter de s'ennuyer, on pouvait penser à un mot, un seul, et voir ce qui en découlait.

     Mon mot à moi c'est Astrid.

     Certes ce n'est pas réellement un mot, plus un prénom, mais tellement de choses découlent d'elle.

     J'ai rencontré Astrid à son septième anniversaire, sa mère lui avait organisé une fête mais avait invité que des adultes, dont ma mère. J'y étais donc allée et je l'ai trouvée allongée sur le ventre sur un canapé, la tête dans les coussins, sa tignasse noire formant un halo autour de son crâne. C'est étrange mais c'était beau. Au bout de dix minutes elle a cherché ma main à tâtons avant de la prendre dans la sienne, de la serrer et marmonner son nom d'une voix étouffée par le sofa sur lequel elle était.

     On est très vite devenues amies et on a grandi ensemble.

     Pour ses neuf ans, Astrid a reçu un poster de l'univers avec une légende de tous les astres dans un coin. Je l'ai aidée à l’accrocher au-dessus de son lit et on est restées silencieuses pendant toute l'après-midi en contemplant l'espace accroché sur l'un des nombreux murs de l'un des nombreux appartements de l'une des nombreuses barres HLM qui existent à Bordeaux. Puis au bout d'un moment elle a pris un feutre bleu qui traînait par terre et a dessiné une petite étoile dans sa voie lactée. Elle s'est ensuite penchée, toujours son air sérieux et concentré peint sur son visage, et a rajouté mon nom dans la légende à côté de l'astre qu'elle venait de créer. Je n'ai jamais compris pourquoi elle avait fait ça et je n'ai jamais osé lui demander.

    On est entrées dans un collège de gosses de riches que les parents d'Astrid avaient galéré à payer et mon amie a commencé la musique; elle faisait du triangle et même si c'est l'un des instruments qui apportent le moins de gloire, elle se vantait de faire partie d'un orchestre. Elle détestait les musiques que le groupe devait jouer mais elle restait parce qu'elle se sentait importante pour des gens.

    Elle ne se rendait pas compte qu'elle était déjà importante pour moi.

    Le jour de ses seize ans, elle avait invité toute la classe, même ceux qu'elle n'aimait pas, à fêter son anniversaire chez ses grands-parents à la ferme. J'étais venue avec mon copain de l'époque dont je n'étais absolument pas amoureuse mais avec qui j'étais pour prouver à Astrid que ce n'était pas le centre de mon univers et que je pouvais très bien me débrouiller toute seule. A vrai dire j'essayais plutôt de me le prouver à moi-même car la concernée nous trouvait mignons, mon petit ami et moi, et plus elle me disait ça avec son air attendri, plus ça me faisait mal. Le garçon en question était avec moi juste histoire d'avoir une copine parce qu'à part mes seins, rien ne lui plaisait chez moi, il préférait Astrid.

    Je crois que mon copain et moi étions tout les deux amoureux d'elle.

    Amoureux de sa personne, de ses yeux, de son air rieur et insolent et surtout de l'univers qu'elle avait crée autour d'elle et par lequel on était irrémédiablement attirés.

    Elle était le centre de l'univers de beaucoup de gens.

     Astrid aimait bien faire des trucs que personne ne comprenait, par exemple elle adorait allumer un briquet près de sa bouche fermée pour sentir la chaleur de la flamme. Quand elle le faisait, j'avais tellement envie d'être à la place du briquet pour sentir la chaleur de ses lèvres à elle.

    Je ne sais pas vraiment comment ni quand j'avais arrêté de la considérer comme une simple amie mais j'étais irrémédiablement tombée amoureuse d'elle. Le pire c'est qu'à certains moments, j'avais l'impression qu'elle le savait, qu'elle voyait en moi comme dans de l'eau et qu'au lieu de dire quelque chose, elle me souriait avec insolence.

    Ma mère m'a souvent répété que j'élevais Astrid au stade de dieu vivant. Que je la pensais intouchable alors que tout le monde est humain et égal. Je voyais la pitié dans les yeux de ma génitrice quand je lui parlais d'elle avec des étoiles dans les yeux, même moi j'avais pitié de moi à certains moments. Ce n'était pas des éloges que je lui faisais, c'était des supplications.

    Quand elle a fêté ses 17 ans, on venait d'apprendre qu'il y avait eu un incendie dans le nord du pays et que des gens étaient décédés. J'étais effrayée à l'idée que la vie soit si fragile et qu'on puisse mourir si facilement. On était allongées toutes les deux sur la moquette horriblement laide de ma chambre et elle m'a serrée dans ses bras en me chuchotant que ça n'arrivait qu'aux autres ces choses-là. J'avais à peine écouté parce que j'étais en larmes dans ses bras et que mes sanglots couvraient le son de sa voix.

    Pour ses dix-huit ans, elle a acheté un van avec l'argent que ses parents avaient mis de côté pour lui payer la fac. J'avais trouvé ça horriblement égoïste mais je l'ai suivie quand même. On est parties en Allemagne, en Autriche et on a traversé tous ces pays de l'est au nom bizarre. Sur la route, Astrid s'est trouvé un polonais dont elle n'arrivait pas à prononcer le prénom mais ça n'avait pas l'air de les déranger plus que ça quand ils s'embrassaient à pleine bouche devant moi.

    J'avais l'impression qu'elle me narguait, qu'elle savait qu'elle était devenue le centre de l'univers de quelqu'un de plus et que ça l'amusait.

    Elle était égoïste, irresponsable et capricieuse. Elle avait un tas de défauts masqués sous deux ou trois qualités et un visage envoûtant. Pourtant j'étais folle d'elle, autant qu'elle était folle elle-même.

    On est restées un an et demi sur les routes avant que je décide d'arrêter et de rentrer chez moi. Mais même loin elle m'obsédait. Je m'étais éloignée d'elle pour arrêter d'être aussi vulnérable mais maintenant qu'elle était à des milliers de kilomètres de chez moi, je l'étais encore plus.

    J'ai essayé de l'oublier, je me suis trouvée un boulot, un copain que je n'aime absolument pas et un appartement. De l'exterieur, ça paraissait stable, en réalité sans elle c'était tellement bancal que je risquait de m'écrouler au sol à tout moment.

    Il y a quatre jours, j'ai reçu un texto non signé d'un numéro inconnu qui disait qu'une étoile avait pris un an de plus et qu'elle souhaiterait qu'une autre étoile la rejoigne pour fêter cet événement avec elle. Il y avait l'adresse de ses grands-parents et marqué entre parenthèses: "Tu m'as manqué."

    Alors j'ai pris ma moto et j'y suis allée, vite. Trop vite.

    Je me souviens des phares de la voiture en face de moi, du bruit sourd qu'a fait mon corps en tombant, de mon casque au milieu de la chaussée et de l'odeur du sang sur l'asphalte mouillée.

    Aujourd'hui Astrid à vingt et un ans et moi je suis clouée dans un lit d'hôpital entrain de penser à elle parce que j'ai été victime sur la route d'une de ces choses qui n'est censée n'arriver qu'aux autres.


     

    Voilà, c'est pour le concours d'Elinae. Je vous avoue que l'idée originale de la fin ne vient pas de moi, j'ai lu cette fin sur une fiche de personnage d'un forum RPG. C'est juste que je n'avais pas d'autres idées.

    Astrid (c'est pas son vrai prénom) et le personnage principal existent réellement, bon, ni l'une ni l'autre ne finit dans un lit d'hôpital à cause d'un accident de moto mais leur relation est vraiment étrange alors j'ai voulu l'écrire.


  • Commentaires

    1
    Vendredi 19 Août 2016 à 19:26

    Je connaissais deux filles avec une relation très ambiguë, physiquement, Astrid me fait penser à l'une des deux, et mentalement Astrid me fait penser à l'autre, c'était bizarre!

      • Vendredi 19 Août 2016 à 19:30

        Pourtant je donne pas trop de détails physique sur Astrid (bon à part qu'elle à les cheveux noirs) mais après je pense que tu t'es faite ta propre image d'elle x).

        Mentalement la fille dont il est question dans le texte est vraiment bizarre. (Son truc avec le briquet elle le faisait réellement jusqu'au jour où elle s'est brulée les lèvres et elle a arrêté de le faire... mais faut pas le dire sinon ça détruit le mythe...

      • Vendredi 19 Août 2016 à 19:32

        Tu as décrit sa nature de cheveux aussi x) et ça m'a beaucoup rappelé cette fille là xD ! Après j'ai pas imaginé la tête qu'Astrid pouvait avoir ! 

        Oui bah la fille dont je te parle était plus étrange que la fille de ton texte x3 ! (haha j'avoue, ça aurai tout cassé "elle adorait faire ça, puis un jour elle s'est bien cramé la bouche, donc elle s'est calmé" XD)

      • Vendredi 19 Août 2016 à 19:44

        c'est vrai (tu connais mieux mon texte que moi) en vrai elle est banale... enfin elle a un visage qui marque pas x) elle est blanche comme des fesses en hiver et elle a les yeux noirs et des cils longs.

        ah bon ? (voilà, j'ai donc omis ce futile détail xD)

    2
    Vendredi 19 Août 2016 à 19:47

    Haha j'avoue, je connais mieux ton texte que toi : bouuuuh è_é ! D'un autre côté je viens de le lire aussi x3. Ok je vois, bah pour la fille que je connais c'est presque pareil, sauf pour la peau en fait o/ ! 

    Oooh que oui x) bon après on l'aimait bien pour ça aussi! (ouais mais ça aurai été drôle de le mettre aussi 8D hehehe ça aurai tout cassé mais bon osef)

      • Vendredi 19 Août 2016 à 19:54

        *va pleurer sous son lit* on la charriait beaucoup avec ça... enfin JE la charriais mais c'était pas crédible parce que je suis pâle comme un nuage.

        Nous aussi on l'aimait bien (sauf quand elle se mettait à hurler dans la rue "CAMILLE ELLE TROUVE QUE UNTEL IL EST BEAU... NON ON ME DIT DANS L'OREILLETTE QU'ELLE LE TROUVE SEXY ENFAÎTE!" là j'avais envie de la tuer. (bah si les gens lisent les commentaires ils verrons bien x))

      • Vendredi 19 Août 2016 à 20:34

        Moi j'peux charrier personne là dessus vu que je suis abonnée à la teinte "cadavérique", et en plus de ça : plus je vais au soleil, plus je blanchi (je comprends pas...).

        Hahaha ça devait être drôle à voir en tout cas ! XD (ouais mais ils ne liront pas forcément).

    3
    Vendredi 19 Août 2016 à 22:00

    Tu touches à tellement de sujets que j'aime dans ces quelques paragraphes, j'ai beaucoup aimé ! On dirait la Face Cachée de Margo

      • Vendredi 19 Août 2016 à 22:07

        Oh merci : keur keur:

        C'est vrai, Astrid et Margo se ressemblent (ou alors c'est la narratrice qui, comme Quentin avec Margo idolâtre Astrid) c:

      • Vendredi 19 Août 2016 à 22:18

        :love love:

        et bien ça laisse perplexe

      • Vendredi 19 Août 2016 à 22:19

        :thomas b-s thomas b-s:

        wai. 

         

      • Vendredi 19 Août 2016 à 22:24

        :tu m'as tué:

      • Vendredi 19 Août 2016 à 22:30
    4
    Samedi 20 Août 2016 à 21:34

    Ton texte est vraiment profond et touchant je l'adore on s'emballe après avoir lu deux syllabes.

      • Samedi 20 Août 2016 à 22:25

        Ow, merci ♥ (avec deux syllabes c'est chaud quand même, ça fait "ma mè" xD)

      • Samedi 20 Août 2016 à 22:30

        C'est parce que le titre m'as trop intrigué owo

    5
    Jeudi 25 Août 2016 à 11:22

    Super beau texte! *^* Astrid existait réellement? Tu la connaissais? :0 :fillecurieuse: 

      • Jeudi 25 Août 2016 à 17:34

        Merci ♥ Ouep, elle existe toujours d'ailleurs x) et oui, c'est une de mes amies, (la narratrice aussi d'ailleurs, bon en vrai elle est pas morte et elle va avoir 17 ans, pas 21 x)) 

      • Jeudi 25 Août 2016 à 17:41

        Owww *^* C'est beau, n'empêche, de rencontrer des personnes comme ça dans la vie *w*

    6
    Dimanche 28 Août 2016 à 15:39

    ça c'était moi pendant que je lisais

      • Dimanche 28 Août 2016 à 15:44

        oh, ma petite fafa (en vrai j'ai rigolé quand j'ai vu ton commentaire) *-* ♥

      • Dimanche 28 Août 2016 à 15:46

        nan mais sérieusement, j'ai pas de mots pour te dire à quel point j'ai aimé! ♥ (j'ai laissé les images parler pour moi c:)

    7
    Mercredi 28 Septembre 2016 à 09:58

    C'est vraiment entraînant, j'aime beaucoup ! *_*

    8
    Mercredi 29 Mars 2017 à 18:38

    Ouais, j'adore!!! *_*

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :